Comment enrouler les bandes de boxe ?

Les bandes de boxe sont un équipement très spécifique à la boxe. Quelle que soit le type de boxe pratiquée, ces bandages sont à la fois une protection pour la main et le poignet qu’un apport de puissance à chaque coup porté. La main et le poignet sont gainés et supportent donc mieux les traumatismes, que vous défendiez les coups ou que vous les portiez. Reste à savoir comment on pose une bande de boxe avant d’enfiler les gants. Et selon la boxe choisie (boxe anglaise ou Muay thaï par exemple), il peut exister de petites différences dans l’enroulement.

Les différents types de bandes de boxe

Il existe différents types de bandages de boxe. Selon que vous soyez à l’entraînement ou en compétition, vous ne fixerez pas les mêmes textiles. Dans le cadre d’un combat, votre bande de boxe sera constituée de gaze et de ruban adhésif, l’accord parfait pour réguler la transpiration, conserver une forme de confort de la main, asseoir la gainage de la main et du poignet et augmenter la puissance des coups grâce au durcissement du bandage du à l’adhésif.

Mais dans le cadre d’un entraînement, vous pouvez user de produits différents. En règle générale, vous trouverez des bandes de boxe entièrement faites de coton, confortables et absorbantes, ou des bandes élastiques, pratiques mais moins durable, car perdant de l’élasticité au fur et à mesure des utilisations et des nettoyages. Quelques bandes de boxe sont constituées d’une forme d’alliage de coton, de polyester et de fibre de carbone. En bref, vous en trouverez beaucoup sur le marché. Mais ce qui est important, c’est le confort, le gainage et l’absorption de la transpiration. Une bande de boxe mesure 4 à 5 cm de large et entre 2,5 et 5 m de long. La longueur dépend de la taille de votre main, certes, mais également de l’usage que vous en avez.

Selon le type de boxe que vous pratiquez, par exemple. En boxe anglaise, il est habituel de trouver des bandages de boxe plutôt longs, permettant de bien recouvrir la main et d’en faire plusieurs fois le tour. Mais en boxe thaï, il peut arriver que les bandages soient plus courts, dans le cadre d’un entraînement plus léger ou pour mieux appréhender le choc sur la main et la résistance du poignet. Quel que soit votre choix, vous devrez bien apprendre à enrouler votre main si vous ne souhaitez pas vous retrouver un peu moqué par vos congénères…

Enrouler sa bande de boxe correctement

Dans l’ensemble, le bandage de boxe se fixe toujours de la même façon. Dans la pratique, il peut arriver que quelques légères différences se fassent jour d’un entraîneur à l’autre. Mais les détails se trouvent essentiellement dans le nombre de tours bien plus que dans la direction des opérations à mener. Notez tout de même que selon votre type de boxe, les différences peuvent être plus marquées. Avant d’enter dans le détail des étapes de l’enroulement, sachez que concernant la boxe anglaise, on part du pouce pour rejoindre l’auriculaire à la fin, avant de retomber sur le poignet. En boxe thai, après le pouce, on part directement sur l’auriculaire pour revenir vers l’index avant de finir sur le poignet.

Les étapes de l’enroulement d’une bande de boxe

Toutes les bandes de boxe sont munies d’un crochet ou d’un anneau. Ce dernier se fixe sur le pouce. Main ouverte, le pouce pénètre dans le crochet et la bande de boxe se déroule par l’intérieur de la main et plonge directement sur le poignet duquel elle fait 3 à 4 tours. Petit détail, mais qui a son importance ; conservez toujours la main droite, et non pliée. Le but du jeu, c’est de gainer la main, pas de la coincer dans une position de laquelle elle ne pourra se redresser. Autre détail, évitez absolument les bosses et les plis. Si l’enroulement d’une bande de boxe prend un peu de temps, c’est aussi pour ça. La moindre bosse pourrait avoir des conséquences douloureuses sur votre main.

Donc, une fois que vous avez commencé à enrouler votre bande de boxe sur votre poignet (3 à 4 tours), remontez par le dos de la main et passez entre votre pouce et votre index. Puis, tirez tout droit et enroulez encore 3 à 4 fois votre main dans cette position. Une fois ceci fait, replongez vers le poignet, par l’intérieur. Faites-en le tour et remontez vers votre pouce par l’arrière de la main. Là, vous devrez découvrir une petite subtilité qui vous permettra d’enrouler votre pouce dans les deux sens. Quand c’est fait, passez aux doigts, les uns après les autres.

Et procédez toujours de la même façon ; Descendez vers le poignet par le dos de la main et remontez entre les doigts par l’intérieur de la main. Entre chaque doigt, faites un tour du poignet. Commencez par l’espace entre votre index et votre majeur, et poursuivez avec les autres doigts. Lorsque l’espace entre l’annulaire et l’auriculaire est protégé, refaites un tour du poignet puis remontez entre le pouce et l’index, en diagonale. Enroulez le reste de la bande autour de votre main et gardez quelques longueurs pour finir autour du poignet. Enfin, fixez le velcro. Vous êtes prêts. En tout cas sur votre première main. Parce que désormais, il vous faut attaquer la deuxième. Pas évident d’enrouler sa main forte avec sa main faible déjà bandée… Mais on vous laisse expérimenter.

Le cas particulier des bandages de boxe thaï

Dans le principe, le but est exactement le même. Mais dans les faits, il y a quelques différences, quoique minimes. Au départ de l’action, tout se déroule de la même façon. Le pouce est inséré dans le crochet et la bande se déroule autour du poignet en passant par l’intérieur de la main, puis elle remonte pour protéger le pouce avant de redescendre au poignet. C’est après que ça change.

Là, vous allez remonter aussitôt pour enrouler votre main. Faites plusieurs tours. Puis replongez vers le poignet pour prendre appui avant de remonter directement, par l’arrière de la main, entre l’annulaire et l’auriculaire. Une fois à cet endroit, vous retournez autour de votre main, horizontalement, en prenant la direction du pouce par l’intérieur de la main. Lorsque vous avez fait quelques tours, retournez prendre appui sur votre poignet pour remonter protéger l’espace entre l’annulaire et le majeur. Et recommencez jusqu’au majeur et l’index.

Seulement, quand ce dernier espace sera protégé, vous repartirez faire un tour de votre main dans l’autre sens. Puis, vous retomberez sur votre poignet pour finir la bande et poser le velcro. Bien sûr, si l’enroulement de bandes de boxe vous paraît trop compliqué, vous pouvez faire appel aux sous-gants de boxe. Bien plus simples à poser puisqu’il suffit de glisser sa main à l’intérieur du gant. Ceci étant dit, les sous gants sont souvent plus chers et moins gainants. Ce qui ne pose pas de problème lors d’entraînements légers.

Les autres méthodes

Il nous est impossible de vous délivrer ici tous les secrets des boxeurs au sujet de l’enroulement des bandes de boxe. Et pourtant, même si ces petits trucs sont bien souvent plus psychologiques qu’autre chose, chaque boxeur a ses rituels, sa façon personnelle de protéger sa main. Une chose est sûre, les bandages sont toujours contrôlés, pour éviter les plâtres par exemple, très pratiqués à certaines époques. Certes, le plâtre alourdit la main, mais il lui confère une dureté qui peut faire très mal. La seule règle, c’est que les bandages des deux adversaires doivent être, sinon identiques, à minima équivalents, de façon à ce que les deux boxeurs partent avec les mêmes chances de victoire.

Au fil du temps, vous rencontrerez des entraîneurs, des boxeurs aguerris, amateurs éclairés ou professionnels, et vous découvrirez des petits trucs qui amélioreront votre bandage de boxe. Mais dans un premier temps, faites simple. Suivez les directives classiques. Regardez quelques vidéos sur la toile et prenez conseils auprès d’experts. Idem dans le choix de vos équipements. Qu’il s’agisse des gants, des chaussures, des bandages, fiez vous d’abord aux marques qui connaissent la boxe depuis longtemps. Et pour acheter à moins cher, passez par le web. Pour le reste, amusez vous. Défoulez-vous, et faites vous plaisir.